Ainsi l'eau

Timothée Huck by Timothée Huck
Soyez le premier à commenter!

 

laisser le canoé
sur la baie d'appuis répétés
faire son chemin mêlé
de destination voulue
et de cabotage hasardeux
une route
sans urgence
lente nécessité de l'eau

Saint-Cado autre étape
même désir à être
encore un lieu
où se laisser habiter
des premières chaleurs
et largesses de l'air sans saison
une des îles faciles
en trait de la Ria d'Etel

Un lieu ou vieillir ses dialogues
et ramasser les feuilles
à larges coups de râteau
revenir
de l'ailleurs
au sein


L'eau frémit
comme un roulis de petits cailloux brillants
et ma gorge
apaisée de cidre brut
après tant d'années
se résous à la simplicité
ce pays résonne
d'une musique
sans bruit
une musique seule du mouvement

contemple la mer
derrière la large baie
ici le silence
là-bas le silence

comme une simple vitre
renouvelle l'espace

entends-tu le bruit sourd de mon âme
et dans ce point centre de ma gorge tendue
dans l'expectoration de ma peur
est-il
part
de l'oreille que je te dois



longe la coque posée
la proue enchâssée dans le chemin bordant

nos eaux se mêlent
de la mer remontante
appui soudé du sable et de pierres
les murs tachés de lumières
le sel
et le doux confondus


enfin puis-je
vivre avec apaisement
la partie fongible
des limites de mon corps
la couche poreuse
le pas tout à fait possédé
de ce que nous sommes à l'autre
ce qui blesse lorsque le couteau
mais ce qui apaise
du souffle marin de ta bienveillance
je suis marchant l'échange de nos airs
le fondu de nos eaux
le non défini du lien
cette poignée
solide
après nos mains lâchées


15/05/2017

Plus dans cette catégorie :

« Au soleil des pins noirs

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.